Vous voulez que les hommes travaillent moins ?

Pas nécessairement. L’égalité professionnelle propose de réussir professionnellement sans faire le sacrifice de l’épanouissement personnel. Plus souvent que pour une femme, la reconnaissance sociale d’un homme dépend encore aujourd’hui de son statut professionnel. Dans les organisations publiques et privées, les modalités de travail sont proches de celles des années 50, où il était demandé aux hommes une disponibilité maximum, les femmes assurant l’intendance familiale. Ce cadre culturel peut pénaliser l’épanouissement professionnel des femmes, en leur laissant supporter une part prépondérante des responsabilités familiales. Il peut aussi être appauvrissant pour les hommes, en les conduisant à taire leurs besoins d’épanouissement personnel ou familial. Pour y remédier, l’égalité professionnelle ouvre à de nouvelles pratiques managériales comme le télétravail, le management universel, le management de la singularité ou le management individualisé. L’égalité professionnelle est en cela un puissant levier d’innovation managériale, qui contribue concrètement à une meilleure performance des organisations. Ce n’est donc pas travailler moins qui est proposé aux hommes mais d’avoir plus de liberté dans la structuration de leur temps de travail.